La tête hors de l'eau

Publié le par L'Ombre

Pourquoi les notes tarissent-elles? Tout simplement parce que je passe mes journées en bibliothèque à lire des ouvrages de théorie et de sociologie de la littérature, et que je ne vais quand même pas vous embêter avec Au bord de la falaise de Roger Chartier ou les numéros de la revue strasbourgeoise Regards sociologiques sur le fonctionnement du champ intellectuel... Je termine un rapide survol de la totalité des fascicules de la revue Haute Science, parue entre 1893 et 1895 à la Librairie de l'Art Indépendant (tenue par Bailly, qui publiait aussi les Entretiens politiques et littéraires, et maint représentant du Symbolisme en devenir comme Régnier, Louÿs, Claudel, Gide...). Dans Haute Science, on trouve les premières traductions françaises de grands textes de l'occultisme, du Zohar, de l'Upanishad du Grand Aranyaka, dont Jarry transpose des éléments dans Messaline et que je viens de trouver chez un libraire néerlandais:

upanishad.jpg
Certains passages de Haute Science valent le détour, comme cet extrait du « Traité de la Petite Assemblée Sainte par Siméon Ben-Jochaï »:
Section II. Du Crâne, et du Cerveau, et des trois têtes, et des cheveux.
51 : Le crâne de celui qui est la Tête blanche n’a point un commencement ; mais sa fin est la convexité de l’assemblage qui s’étend et qui brille.
52. Et par celle-ci, les justes auront en héritage 400 mondes désirables, dans le monde à venir.
53. Et de la convexité de l’assemblage, de ce crâne blanc, quotidiennement, une rosée se distille sur le Microposope, dans le lieu qui se nomme le ciel, et par là les morts seront vivifiés dans le temps futur.
54. Ainsi qu’il est écrit, Gen. XXVII, v. 27 : Et Dieu te donnera de la rosée des cieux.
55. Et la tête blanche est remplie, et le champ des pommiers distille de cette rosée.
56. Cet Ancien très saint est incogniscible et inaccessible ; et la Sagesse suprême renfermée dans ce crâne est connue et n’est point connue.
57. Car dans l’Ancien, rien n’est connu que la tête, car il est la tête de tous les êtres.
58. Il est le Principe de la Sagesse suprême qui est aussi la tête, et en Lui, il y a ce qui est nommé le cerveau supérieur, le cerveau inconnu, le cerveau dont rien ne trouble la paix, ni le repos, et nul ne le connaît que Lui-même.
59. En la Sagesse trois têtes sont sculptées, l’une dans l’autre, et l’autre au-dessus de l’autre.
[...] Cet Ancien des anciens est la couronne suprême, dans les choses supérieures, par lequel (cet Ancien) existent tous les diadèmes et les couronnes.
Comme dirait Jarry dans César-Antechrist, "dans toute couronne, crâne foré par la chute du zénith, est un cerveau". Jarry avait-il lu le Zohar, d'où est tiré ce texte? Nous n'en avons pas de preuve directe; en tout cas, Gourmont, son mentor, l'avait fait, comme il le signale dans Lilith.

Publié dans Lus

Commenter cet article