Raphaël Meltz – Meltzland

Publié le par L'Ombre

Je me vois dans l’impossibilité de résumer ce livre – Raphaël Meltz nous avertit en quatrième de couverture que cela gâcherait tout : « il faut vraiment le lire dans l’ordre, bien sagement. Sans tricher. Sinon tout le mal que je me suis donné à monter une structure narrative élaborée deviendrait subitement inutile ». Même si l’on devine à peu près l’intrigue (l’évidence s’est fait jour p. 86 en ce qui me concerne) ; mais ce n’est pas une raison pour s’arrêter de lire, et tout le monde sait que l’on ne regarde pas la plupart des films pour leur dénouement convenu, mais pour la façon dont on y parvient — et le frisson d’avoir l’impression d’être parvenu à percer à jour l’auteur est bien souvent la principale émotion d’un roman. Remercions donc Raphaël Meltz de nous tendre ce piège à souris qui peut nous captiver quelque temps ; d’autant que la forme que prend ce récit n’est pas nécessairement celle qu’il désirait, il l’avoue lui-même : tout cela, c’est pour nous faire plaisir.
Le genre ? Une comédie sentimentale hollywoodienne métathéorique (ou quelque chose d’approchant). Le style ? Ironiquement familier, avec des agrammaticalités voulues, des parenthèses réflexives d’une fluidité étonnante quand on sait la lourdeur qui accompagne souvent ce procédé, des prétéritions récurrentes, des signes de ponctuation utilisés comme des éléments rythmiques et des liens syntaxiques minimaux (lisez, vous comprendrez ce que j’essaie péniblement de dire sans recours à des citations). Un livre à la fois très conscient de soi et au premier degré : on a sans cesse le sentiment d’assister à la création même du récit – ce qui demande évidemment beaucoup de travail et de retouches, la spontanéité étant la chose la plus fastidieuse à rendre par écrit (à moins que je ne parle que pour moi).
Et pour ne rien gâter, c’est hilarant.

meltzland.jpg

Publié dans Lus

Commenter cet article

graindesel 11/12/2007 18:34

ah ! c'est bien ! on a sur grain-de-sel une personne qui cherche des renseignements sur meltz et meltzland : si vous pouvez la tirer d'embarras, ce sera super sympa

http://grain-de-sel.cultureforum.net/auteurs-francais-et-d-expression-francaise-f3/raphael-meltz-t3018.htm#65117

g@rp 23/09/2007 19:50

Ah c'est malin ! A peine ai-je commencé à lever un sourcil et à me rapprocher de l'écran que mon cochon tirelire a foutu le camp.
Il baillait quelque chose comme "mon mail n'a servi à rien, mon mail n'a servi à rien".
Du moins il me semble.

L'Ombre 23/09/2007 19:59

Satané cochon à tirelire. Pour le mien, j'ai trouvé une solution: je ne regarde plus à l'intérieur avant d'acheter pour vérifier son contenu.

a.w. 23/09/2007 18:26

Le précédent m'avait plutôt bien plu, "Mallarmé et moi". Je jeterai un coup d'oeil à celui-ci.

L'Ombre 23/09/2007 19:58

Attention de ne pas te faire happer l'oeil, le nerf optique, et le cerveau qui va avec!

vdm 23/09/2007 16:28

Ah ! Merci beaucoup pour ces précisions, j'ai à présent de répondre à Mr. le Directeur, le jour où je le croiserai à une prochaine réunion du personnel ; vous me sauvez, de Lombre.
Savez-vous que ma directrice, Mme Meltz, est également une auteure stupéfiante ? Elle a commis un ouvrage aux éditions de l'OEil Electrique d'une poésie absolument fascinante : "Le Livre des Serpents & des Echelles".

L'Ombre 23/09/2007 19:57

Vous êtes le bienvenu, comme disent nos amis anglo-saxons! Je vais essayer de me procurer très rapidement ce recueil, dont le titre aux connotations ludiques est prometteur.