Une remarque en passant

Publié le par L'Ombre

J'ajoute une pensée nocturne sur Harry Potter et son succès planétaire. Des commentateurs clament que la lecture retrouve ici ses droits de noblesse, et que les foules qui tournent précipitamment les centaines de pages de ses volumineuses aventures iront se jeter tout droit ensuite sur les grands classiques et la littérature exigeante. Deux idées se cachent derrière cette affirmation. Celle, d’abord, que l’épaisseur d’un livre témoigne de sa difficulté de lecture : il ne s’agit finalement que d’un somment de texte à escalader, et la persévérance y suffit ; une sorte d’esprit de compétition athlétique s’impose comme modèle de l’activité de déchiffrement. Celle, ensuite, de l’homogénéité de l’espace littéraire : tous les livres se valent, tous fonctionnent selon les mêmes schémas, et la lecture d’un seul permet de s’orienter ensuite dans la masse toujours grandissante des imprimés. Le problème, évidemment, c’est que la littérature ne fonctionne pas comme cela, et que les rituels de lecture sont des processus mentaux traditionnels qui s’apprennent, se transmettent, par l’éducation ou à travers les œuvres elles-mêmes, qui véhiculent en creux les méthodes d’interprétation qui permettent de les lire. En élisant les livres de J. K. Rowling, en les admettant au panthéon de la littérature, on modifie les exigences du rituel de la lecture, on les traîne vers le bas. Les livres eux-mêmes n’ont rien à voir avec ce processus : ils ont clairement été écrits (au départ du moins) comme des romans pour enfants. C’est le public, puis les éditeurs et diffuseurs, qui ont imposé ces ouvrages comme des références, et bien souvent les seules. Si Harry Potter tient la place centrale dans le canon littéraire d’un lecteur, on peut imaginer la manière dont les structures et thèmes de ce livre lui serviront à interpréter d’autres œuvres, s’il lui arrive par hasard d’en lire ; le règne de l’infantilisme littéraire gagne du terrain. Un passage de Gog de Papini, que je lis lentement pour profiter de chaque chapitre, résonne avec ce constat : il s’intitule « Pédocratie ».
(Et qu'on excuse cette réaction en retard d'au moins sept ans.)

 

Publié dans Lus

Commenter cet article

Jez 22/08/2007 22:57

un dernier petit commentaire - normalement - bien que je le reconnai HP est très mal écrit, J.K.R. réussit toujours à me faire pleurer tout les deux derniers chapitres, même quand je les reli!et je crois que le 5 c'est les trois derniers chapitres!!! donc - sauf si vraiment tu n'as pas envie, ce que je comprendrais - je te conseillerai de lire depuis le début HP, mais je sais pas si tu pourrais t'attacher aux personnages.

Jez 18/08/2007 21:00

Après tes remarques j'ai relu le tome 6 et 5 et à chaque chapitre-parfois plusieurs fois- on a " ...et ... s'écrièrent d'une même voix"ou encore "son regard était un mélange de pofond mépris et de dégoût". Enfin ça devient très dur à relire.

L'Ombre 19/08/2007 17:37

Désolé... Il reste à passer à d'autres choses (mais attention: Proust aussi est plein de tics!)

isabelle mercier 21/07/2007 20:38

^^

Jez 21/07/2007 16:52

C'est vrai que c'est plus facile à lire que du Platon dans le texte.

L'Ombre 21/07/2007 17:09

C'est pas dit, ça. Il y a un passage sur les horcrux qui pourrait bien passer pour du Schopenhauer tant c'est obscur!

g@rp 19/07/2007 19:21

Retard tout excusé. Ca valait le coup d'attendre !